EuropeanMigrationLaw.eu

Asile, immigration, libre circulation des personnes

Un accès unique au droit et à la politique de l'UE

> Toutes les émissions

Audio

EuradioNantes - L'édito du jour - Nouvelles contrastées sur la scène internationale

Par Yves Pascouau

Publié le 06/12/2017

Les derniers jours ont apporté leur lot de bonnes et de moins bonnes nouvelles sur les développements internationaux en matière de politique migratoire. Yves Pascouau analyse les reculs et identifie les possibles avancées à espérer pour l'avenir.

EuradioNantes - L'édito du jour - Nouvelles contrastées sur la scène internationale

Le week-end a apporté son lot de nouvelles sur le terrain de la gestion de migrations

Oui, des bonnes et des moins bonnes.

On commence par les moins bonnes alors ?

Elles proviennent d’Abidjan où s’est déroulé jeudi 29 et vendredi 30 novembre le sommet Union africaine-Union européenne. Dans l’édito de la semaine dernière je disais au sujet de cette rencontre qu’elle était l’occasion, je m’auto-cite, « d’ouvrir une réflexion plus large sur l’avenir de la mobilité humaine (…) entre les deux continents ».

Mais dans un monde où c’est l’urgence qui prime et la communication qui paye on a donc communiqué sur l’urgence c’est-à-dire sur la situation des migrants en Libye.

Oui mais il le fallait

Evidemment qu’il fallait adopter une déclaration commune pour dénoncer cette situation ignoble d’esclavagisme et annoncer une série de mesures pour lutter contre ce crime et ce commerce d’un autre âge.

Mais en réglant la focale sur la Libye, on rétrécit le champ de vision et on ne dénonce pas des situations tout aussi inacceptables de vies brisées par les conflits et le terrorisme et de droits humains niés par des régimes autoritaires.

Par ailleurs, les dirigeants se sont abstenus de regarder vers l’avenir et de poser les fondements d’une politique européenne et africaine de gestion des flux migratoires. La réunion a surtout consacré l’existant c’est-à-dire supporter la mobilité des étudiants et des universitaires, s’attaquer aux passeurs et aborder les causes profondes des migrations.

Et une mauvaise nouvelle est venue des Etats-Unis

Et oui, le locataire de la maison blanche continue sa stratégie de repli et a annoncé que les Etats-Unis se retiraient des négociations du Pacte mondial sur les migrations et les réfugiés. Organisées sous l’égide des Nations Unies, ces négociations ont pour objectif d’établir un pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Manifestement ces objectifs ne sont pas compatibles avec la politique de l’administration Trump… dont acte…

Et c’est un coup dur pour le processus ?

Un coup dur oui mais pas fatal. Et c’est ici que les bonnes nouvelles arrivent.

D’une part, ce retrait des Etats-Unis est une opportunité pour l’UE. La Commission a indiqué qu’elle souhaitait jouer un rôle de premier plan dans les négociations du Pacte mondial. Elle dispose désormais d’un espace élargi qui doit lui permettre de peser davantage dans le débat.

D’autre part, et surtout, le processus engagé aux niveau des Nations Unis est accompagné d’une large consultation des représentants de la société civile. Cette consultation permet à ces acteurs - qui ont une très bonne connaissance de la situation sur le terrain et apportent des solutions concrètes aux difficultés quotidiennes des migrants – d’échanger leurs idées et pratiques et de renforcer leurs collaborations.

Certains Etats pourraient trouver dans ce vivier d’expériences et d’idées, des solutions pour sortir du discours anti-migration ambiant et avancer vers des migrations plus sûres, plus ordonnées et plus régulières.

Si cette alchimie entre décideurs politiques et société civile pouvait fonctionner et faire émerger de nouvelles idées, politiques et décisions, ce serait alors une très bonne nouvelle !

Lire aussi :

Rubriques associées

Données et cartes

Droit et jurisprudence

×

* Requis